Lille Métropole 2020 World Design Capital

L’exposition a pour but de montrer les systèmes de représentation qui se réfèrent à l’état du monde ou préfigurent celui de demain ; ou la façon dont les artistes nous aident à comprendre les enjeux à l’heure où nous envisageons l’avenir de l’humanité.

La spéculation sur l’avenir est toujours guidée par des perspectives à la fois utopiques et dystopiques. En observant la situation mondiale actuelle, on pourrait affirmer que nous avons besoin de paradigmes entièrement nouveaux pour envisager le futur de façon positive, tant il y a de crises importantes auxquelles l’humanité est confrontée.

Comprendre un monde au niveau global est un immense défi, alors que le flux d’informations et sa vitesse ne cessent d’augmenter. De plus, et peut être en raison de la fusion de références culturelles, la conscience humaine a également évolué. La notion d’autorité est devenue plus répandue, et chacun·e peut librement associer des références culturelles ou liées au genre pour façonner et refaçonner sa propre identité à l’envi. En outre, l’humanité est de plus en plus encline à explorer la communication entre les espèces, qui inclut toutes les formes de vie. La notion de vie telle que nous la comprenons jusqu’à présent est également remise en question, si l’on considère la très lente évolution d’organismes perçus comme inertes. Pourrait-on alors parler d’une résurgence de l’animisme en tant que concept – et non comme système de croyance, comme moyen d’appréhender l’univers ?

Fluidités : l’Humain·e qui vient n’est pas envisageable uniquement à partir de spéculations purement scientifiques et factuelles : penser l’avenir dépend aussi des fantasmes et des rapports très ambivalents de l’humanité avec la technologie, sans oublier les effets des intérêts économiques ou politiques.

Les artistes : Rosa Barba, Hicham Berrada, Alfonso Borragan, Shu Lea Cheang, Cliff Evans, Karlos Gil, Antony Gormley, Lynn Hershman Leeson, Ismaël Joffroy Chandoutis, Yosra Mojtahedi, Michael Najjar, Pedro Neves Marques, Philippe Rahm, SMITH, Daniel Steegmann Mangrané, Teresa Van Dongen


Crédits photos — ©Michael Najjar : asteroid mining“, 2017 gravity turn“, 2016 new earth“, 2017 simulacrum“, 2018