Lille Métropole 2020 World Design Capital

Depuis 2017, la Métropole coordonne, dans le cadre du programme d’investissements d’avenir (PIA), le projet « Investir dans les jeunesses de la Métropole Européenne de Lille ». L’objectif de ce programme de 4 ans, cofinancé par l’État, est d’améliorer et de rendre plus accessibles les services rendus aux jeunes métropolitains de 13 à 30 ans. 

Au catalogue, plus de trente-cinq actions innovantes et expérimentales orchestrées par des communes, des centres sociaux, des missions locales et des associations du territoire. Elles visent à favoriser l’accès à l’emploi, encourager les mobilités locales et internationales, accompagner les pratiques numériques des jeunes et stimuler leur engagement citoyen. Le programme bénéficie d’un accompagnement scientifique animé par plusieurs chercheurs de l’Université de Lille. C’est dans ce cadre que des sociologues, géographes, politologues ont mis en place avec la MEL des ateliers. « Depuis 2017, nous avons réuni chaque mois les différents acteurs de la jeunesse impliqués pour échanger sur des questions thématiques ou transversales, comme les pratiques numériques, l’insertion professionnelle, en les aidant à prendre du recul sur leurs pratiques professionnelles et sur la façon dont ils peuvent mieux travailler ensemble », explique Juliette Gosset, coordinatrice du PIA jeunesse. 

Le PIA prend fin en décembre 2020. La volonté est bien évidemment de pérenniser cette belle dynamique collective, en convertissant les ateliers en un « living lab » qui associerait les professionnels, les jeunes et les élus… bref un nouvel espace pour construire autrement les politiques publiques pour et avec les jeunes. Cette démarche se traduira par un POC, déposé par l’Université et la MEL et accompagné par l’un des cinq consortiums de designers de l’accord-cadre qu’a passé la MEL. « Dans les ateliers, nous avons jusqu’à maintenant « bricolé » pour construire de l’intelligence collective… J’attends des designers qu’ils nous montrent comment le design de politiques publiques peut nous aider à remettre les usagers – les jeunes ! – au cœur des actions menées par les chercheurs et les professionnels » confie Juliette Gosset. 

Les travaux se concrétisent dès à présent par six ateliers conçus, animés et restitués par les designers, qui se dérouleront jusqu’en juin 2020. Ils porteront sur deux axes de réflexion principaux : travailler l’identité du living lab (ses raisons d’être, ses valeurs, son fonctionnement, sa gouvernance) et modéliser des méthodes de co-production à partir d’un cas pratique consacré à la reconnaissance des compétences des jeunes au service de leurs parcours. Le premier s’est déroulé à la MEL le 6 mars dernier. La restitution finale est attendue pour septembre prochain.

Crédit photo : MEL