Lille Métropole 2020 World Design Capital

Et si nous dotions notre logement d’un outil de suivi et d’entretien permettant d’anticiper des travaux ?

Un carnet de santé du logement sera obligatoire pour tous les logements neufs dont le permis de construire sera déposé après le 1er janvier 2020. Son but principal : améliorer la connaissance d’un logement par son propriétaire ou son occupant. La loi ne prévoit en revanche rien pour les logements construits avant cette date. En tout cas pas avant 2025, où le carnet pourrait s’appliquer à tous les logements existants. Un tel outil est cependant d’ores et déjà plébiscité, notamment par les propriétaires d’immeubles anciens, qui aimeraient obtenir une meilleure vision de leur habitation et pouvoir plus facilement anticiper les interventions : à quelle date devrai-je changer ma chaudière ? Quid de ma toiture ? De mon installation de ventilation ? 

L’idée du carnet de santé du logement est donc de faciliter la capitalisation, la planification, les contrôles, la sécurisation, l’entretien, en bref de bénéficier d’un panorama de l’état de son logement et des éventuels travaux à y effectuer. Gratuit, il est transmissible au nouveau propriétaire en cas de vente du logement et regroupe toutes les indications descriptives et utiles pour son bon entretien. Ce carnet pourra également être remis lors de travaux réalisés dans le cadre du programme AMELIO+. Sans attendre 2025, la MEL porte un POC qui vise à créer ce carnet de santé du logement au plus proche des besoins des usagers.

Vers un objet hybride

Pour ce POC et afin d’inventer l’objet le plus adapté, il a fallu identifier toutes les parties prenantes et réaliser une immersion, c’est-à-dire procéder à une enquête de terrain. Mais aussi organiser des ateliers collaboratifs afin de se mettre d’accord sur le cahier des charges et définir des pistes de contenu du carnet. « Nous sommes actuellement à la fin des phases d’immersion, précise Isabelle Fourot, porteuse du POC, et trois maquettes ont été proposées. » Ces trois maquettes sont volontairement extrêmement différentes dans leur forme : une version très officielle, de type livret de famille, une version plateforme web, compatible avec les outils numériques des professionnels de l’immobilier et une version très interactive de type assistant personnel. « Avec l’équipe de designers, nous travaillons en ce moment au prototypage d’un objet, qui fera la synthèse des fonctions les plus pertinentes de ces trois versions. L’objet est testé. Nous nous appuyons sur les conseillers AMELIO pour le protocole de test. »