Lille Métropole 2020 World Design Capital

Pourquoi organiser des ateliers avec les populations d’un quartier pour concevoir quelque chose qui sera démontée après 3 mois ? Ces installations éphémères appelées « Les Beaux Endroits » sont prétexte à faire collaborer des acteurs qui s’ignorent et démarrer des projets entre eux.

Faire naître des envies

Les Beaux Endroits, imaginés par le laboratoire culturel de La Condition Publique à Roubaix engagent artistes designers, architectes à réinvestir l’espace public.

Le Campus Gare par exemple, un carrefour entre l’université, la gare, les commerces et le quartier semble une place sous exploitée. Dans une logique de faire ensemble”, Dométhilde Majek, designer et Matthieu Marty, architecte organisent des ateliers avec habitants, passants, commerçants et étudiants 

Ils écoutent ces acteurs et donnent forme à leurs envies. En parallèle, les photographes Nicolas Lee et Julien Pitinome à l’aide de leur Afghanbox tirent le portrait des voisins. Au final, des modules de rencontre, de pause, de jardinage et des visages grand format réchauffent cette place froide et vide…

Rebondir sur la dynamique

Au-delà de cette embellie temporaire, des acteurs qui s’ignoraient se sont rencontrés et se sont mis à travailler ensemble. L’Université de Lille, SIA Habitat, la SEM Ville Renouvelée, La Condition Publique, la SNCF et le CROUS, la Ville de Roubaix travaillent maintenant à sensibiliser l’université aux tiers lieux et à créer des offres artistiques pour les habitants résidant autour de la place. La ville de Roubaix a organisé pour la première fois le Bal des quartiers centre sur la place autour du mobilier. Nicolas Lee et Julien Pitinome ont construit une version 2 de l’Afghanbox et plusieurs campagnes de photos ont été réalisé pour l’Institut de la photographie.

Le mobilier temporaire a été démonté pour être utilisé dans les jardins des associations Astuces et Jardin de traverse. 

Crédit photo : Nicolas Lee et Rives Nord

+ La Condition Publique présente son POC.