Lille Métropole 2020 World Design Capital

Aujourd’hui, on observe sur le marché la sortie de plus en plus d’appareils automatisés. Transport public, transport de marchandises, véhicule individuel, etc. Cette intrusion de plus en plus importante de la technologie autonome au service de l’humain change progressivement notre société. La mobilité est associée au mouvement physique et à l’optimisation des flux. Tout est désormais mobile : le travail, la consommation, la distraction. Demain, la mobilité sera inévitablement attachée à l’idée de déplacement car notre rapport au temps, notre manière de travailler ou de consommer vont profondément changer. C’est l’ère de la « Robomobilité ». Au vu de cette dynamique, que va devenir la vie « Robomobile » en 2050 et quels vont être les impacts sur la société de demain ?

Cette problématique est la base d’un travail prospectif qui associe des chercheurs dans les services de mobilité innovantes et le design f(r)iction. Cette association aspire à imaginer, sur la base des données scientifiques, des scénarios prospectifs probables de la vie et des comportements d’une société ayant intégré la robomobilité au coeur du système.

Le travail de design f(r)iction propose, via la narration de contextes prospectifs, de confronter les potentielles crises et les controverses inhérents à la place des véhicules autonomes dans nos sociétés. L’agence What time is I.T a proposé de travailler dans le cadre d’un atelier de création sur des situations, des contextes mêlant l’Humain, l’aménagement urbain, le véhicule et le conducteur afin de dégager des récits prospectifs. Ces scénarios se basent sur l’intégration du CH’VAL, association entre le cheval, premier vecteur historique des déplacements humains, et le VAL, le métro automatique lillois. Le CH’VAL est un animal technologique rempli de puces et doté d’une intelligence artificielle. Les habitants des métropoles tentent de domestiquer cette bête technologique ce qui va amener à des pratiques générant des conflits d’usages. Ce travail créatif vise surtout à projeter une vision globale des évolutions de la vie robomobile, voire d’anticiper des réponses à apporter par les pouvoirs publics dans le futur. 

3 sociétés potentielles ont été imaginées par les équipes : MEDIACITY, AUTARCITY et TRANSCITY. Ces trois sociétés ont une approche différente à l’intégration de la robomobilité dans leur mode de vie qui va influer sur leur comportement. Ces univers seront amenés selon les crises imaginées à se confronter, s’allier, se rapprocher. Au terme de ce travail prospectif, un cadre de réflexion permettant de se projeter dans le monde de la robomobilité a été défini. Dans des travaux à venir, il conviendra de préciser quel outil de simulation, quel levier, quel média reste à actionner pour aider les acteurs (élus, décideurs, techniciens, étudiants, grand public…) à se préparer à cette société qui se profile. Cette recherche associée au design est une démarche qui permet de préparer une société où l’humain ne soit pas oublié.