Lille Métropole 2020 World Design Capital
un bon design doit répondre à une problématique, tout en énonçant une nouvelle question”
  • Pourquoi le design est-il capital ?

Le design permet de concevoir et de projeter de nouveaux usages dans une dimension plastique. De plus, le design a la capacité de tisser des liens entre plusieurs pratiques, différents savoirs. Dans le contexte tendu de nos sociétés et de l’environnement, et des rapports complexes entre ce qui les composent, le design a cette faculté de synthèse et de formalisation qui peut rendre le monde plus lisible, plus conscient et désirable.

  • Quelle est votre vision du design ?

Pour moi un bon design doit répondre à une problématique (sur un usage par exemple), tout en énonçant une nouvelle question (dans le champ du sensible entre autre).

  • Quelle est votre participation à la Capitale Mondiale du Design ?

Le projet L’Écouteur”, que j’ai conçu avec Jean-Yves Leloup, est un dispositif d’écoute destiné à la diffusion de programmes sonores ou musicaux dans des lieux d’exposition ou de création. Il répond à la nécessité d’inventer une forme d’expression adaptée à la présence croissante de la dimension sonore dans la création contemporaine.
Son design donne une incarnation spatiale au temps de l’écoute, au sein du cheminement du visiteur, incitant à une mise à l’arrêt ou une mise en pause”. Prenant acte des nouvelles habitudes de consommation de la musique — lecteur Mp3, création de playlist — L’Écouteur” en donne une version collective et conviviale, tout en tenant compte des contraintes liées aux différents lieux d’exposition.
Le dispositif réinterprète le salon de musique traditionnel tout en s’inspirant formellement des studios et chambres sourdes, évoquant leur calme et leur neutralité. Le mobilier épuré emploie un vocabulaire de prismes, polyèdres et autres pyramides habituellement utilisés pour casser les effets de réflexions et de réverbérations dans les espaces dédiés aux mesures acoustiques. Différentes écoutes, solitaire et recueillie, ou plus volontiers conviviale et partagée, sont rendues possibles dans ce paysage composé par les différents volumes du dispositif. La conception et la disposition du mobilier et des enceintes rompent avec les codes de la frontalité de l’écoute domestique ou du concert, offrant à l’auditeur une écoute immersive et spatialisée, ainsi qu’une plus grande liberté de position et de comportement. Comme dans une salle de cinéma, l’auditeur est libre de choisir sa place et sa position. Cette conception induit une expérience active de la part du visiteur.

  • Qui ou quelle est votre inspiration ?

Mes principales références prennent leur source dans des phénomènes naturels, l’art, des produits industriels ou la géométrie. Ce qui est assez commun. Mais une singularité apparaît dès lors où l’on les croise avec les usages, l’échelle humaine et une expérience personnelle.

  • Quel est le futur du design selon vous ?

J’imagine un lien de plus en plus important entre le design et les sciences du vivant. Notamment dans les rapports humains / non-humains, à travers le biomimétisme et les biotechnologies, au développement.

_

Interview de Laurent Massaloux
Cofondateur de RADI DESIGNERS
Directeur de l’ENSCI-Les Ateliers et responsable des enseignements en futurologie et en arts plastiques de l’Atelier de projet Expérimentations domestiquées”
L’Écouteur” au Frac Grand Large / Dunkerque
www​.massaloux​.net